samedi 10 septembre 2016

Retour en Images & festival

Album Photo
ça y est, j'ai classé les photos de mes 6 semaines au Pamir.
C'est pas toujours simple de trier, classer, supprimer et mettre de coté certaines images. Entre celles que l'on trouve belles, celles qui rappellent des souvenirs et celles qui racontent les rencontres ...
Le tri est sélectif !!! j'ai quand même gardé de 280 photos.
A vous, de les regarder en cliquant sur l'image suivante :
 Album PHOTO du PAMIR
Ou si vous le souhaitez. Aller directement sur l'onglet "Album PHOTO" dans la barre du haut. ça vous permettra de refaire une séance de rattrapage, si vous avez loupé les derniers voyages. (cuba, corse, etc ...)

Concours Cyclable
Comme déjà évoqué sur un article précédent. Au cours de ce voyage, j'ai rencontré Timothée et Claire de "le vélo de la soie", entre les frontières Kirghiz et Tadjik. Nous avons eu droit à un article sur le site de Cyclable.
A lire, en cliquant sur l'image.


DVD Disponible
Autre actualité du moment.
J'ai reçu mon carton, rempli des DVD commandés juste avant mon départ en ASIE.
Le DVD est donc disponible à la vente, et à tous ceux qui veulent l'avoir et le voir.
A toute fin utile, je rappelle que je n'ai pas de compte bancaire au Panama, que je ne ferai pas fortune sur la vente du Film-DVD et que l'argent récolté est intégralement reversé au Pensionnat de Kagadi en Ouganda, où j'ai séjourné pendant une semaine.
Pour assurer que l'argent sera bien utilisé et bien au profit des enfants, je reverse la somme récolté directement à l'association Allemande Ugandahilfe-Kagadi Social Project in Africa, qui gère le pensionnat.


Festival ABM
Dernière actualité. Je participe au prochain festival de ABM - Globe Trotter de MASSY. Le 30 sept -01-02 Oct. Un festival-référence dans le milieu des voyageurs. ABM, (aventure du Bout du Monde), regroupe plus de 4000 adhérents.
Je présente mon film le vendredi soir 22h45, (cliquer sur les images)
Je tiens également un stand le samedi et dimanche, pour parler de voyage à vélo, en Afrique et en Asie Centrale.
Et pour finir le week-end, j'anime le dimanche à 17h, un débat-échange sur le voyage à vélo.


Vie du blog
Voilà pour les actus du mois de Septembre. Rdv au prochain mois, pour d'autres nouvelles.



mercredi 24 août 2016

Terminus BISHKEK ... je descends de velo

Après 3 jours de repos sur OSH, j'avais le choix de partir sur le centre du pays, vers le lac Song-Kol avec 9 jours de vélo, de la piste et des cols bien corsés pour rejoindre Bichkek. C'est la route privilégiée par les cyclo-randonneurs car plus jolie, plus pittoresque et avec des hébergements en yourtes autour du lac. Mais comme j'avais juste 10 jours devant moi et ne voulant pas me mettre de contrainte de temps et d'obligation de moyenne kilométriques par jour, j'ai préfère continuer mon chemin sur la route principale et goudronnée, la M41, en passant vers l'Est du pays et la vallée qui remonte sur le réservoir de Toktogul.

Le 1er jour, je roule avec Tom, un jeune belge sympa (fan du Grand Eddy Merckx)
On avait déjà fait une partie de route ensemble, entre le col AK-BAITAL et OSH.
A Jalal-Abbad, il part justement sur le lac Song-Kol et moi je reste une journée sur place pour profiter d'un sanatorium de l'ère soviet. Malheureusement toutes les activités sont fermées ou abandonnées et c'est une journée sans intérêt. Tant pis, je me serais quand même reposé avant de reprendre la route le lendemain.
La route est bonne, même si quelque peu ennuyeuse et les paysages un peu monotones.
Il faut attendre de longer la frontière avec l'Ouzbékistan, vers Shamaldy, pour trouver un peu de relief et les paysages bien plus sympas. Je continue à suivre la rivière avec quelques plans d'eau, servants aux barrages hydro-électriques de la région, et plusieurs arrêts-photos pour rythmer la journée.

Puis 2eme jour de repos a Toktogul. J'en profite, car justement le choix de cette route me donne 3 jours d'avance sur mon programme. Et je sais que les prochains jours vont être costauds.
En effet, juste après Toktogul, j'attaque mon avant-dernier col " le Ala-Bel Pass" : 3184m de haut dont 2650m de dénivelé positif, sur les 65km depuis Toktogul. "La pente est douce mais la route est longue" (ça pourrait être une "raffarinade", celle-là ... !!! on a les références que l'on peut ...). Et finalement ce col est plus difficile à passer, que je l'imaginais. D'abord, aucun moment de répit, il me faut pédaler sans discontinu sur les 65km, pas une descente ni même un faux-plat pour me relâcher. Puis ensuite j'essuie un orage de montagne sur les 20 derniers kilomètres : grêle, pluie glaçante et vent violent de face. Le col est moins haut que le suivant, mais il a la réputation d'être bien plus froid. Je le confirme !!!
Arrivé au sommet je pensais, d'après le Lonely Planet et ma carte, qu'il y avait un hôtel pour passer la nuit. Faux et raté !!!
Mais, je trouve à m'héberger chez des nomades kirghizes qui ont leurs campements d'été, avec leurs troupeaux de chevaux et vaches, au sommet du col. Et là, c'est le Top de l'immersion chez l'habitant.
Je prends d'abord le Thé pour essayer de me réchauffer et manger un peu, puis ensuite j'accompagne l'ainé des fils pour regrouper les chevaux et traire les juments. Le lait de jument est l'un de leur aliment de base. Ils en boivent comme du petit lait et en vendent aussi aux automobilistes de passage pour gagner quelques Somonis. 
Le 2ème fils essaie mon vélo, 2 fois trop grand pour lui, pendant que son petit frère lui cours après en criant et rigolant. C'est la fête pour eux, de s'amuser avec mon vélo....
Le soir, je partage le repas dans la roulotte avec toute la famille (perso, j'ai passé mon tour, pour boire le lait de jument...) et je dors dans la yourte qui visiblement sert d'hôtel "clandestin" aux voyageurs perdus ou aux camionneurs tombés en panne dans l'ascension du col ... c'est un super souvenir, un vrai moment de totale authenticité, qui restera un point fort de ce périple.

Le lendemain, c'est du bonheur. 57km de descente, ciel bleu, pâturages verts, chevaux galopants dans les plaines kirghizes, petits cours d'eau descendants des monts enneigés ... bref du régal, des paysages et des moments de toute beauté. 
Là aussi, j'en profite car le dernier col m'attend ...

C'est le TOR-ASHUU Pass. Début d'ascension à 2300m environ et le sommet est à 3586m, pour 12km de montée, avec des virages en épingle et de beaux pourcentage (12%) ..."La route est tordue et la pente est forte" !!! (2eme "Raffarinade". Cadeaux, c'est pour le même prix !!!).
Je passe le col assez bien (2h30 d'effort quand même) avec mon dernier tunnel en guise de cerise sur le gâteau. Je n’aime toujours pas les tunnels et celui-ci encore moins. Route défoncée, mal éclairé et tellement étroit que les camions ne sont pas autorisés à se croiser. Ils attendent à l'entrée du tunnel que le voyant vert les autorise à passer, quand les camions de l'autre cote sont au rouge.
C'est vraiment long, un tunnel de 2,5 km !!! Par contre, la descente de 3500m a 1000m d'altitude sur 45km est passée bien vite !!!
Pour ne pas reprendre le même orage, comme chaque après-midi depuis 3-4 jours, je pars tôt le matin. Bon choix, car je passe le col sous le soleil et les nuages sont déjà menaçants à midi quand j'attaque la descente sur l'autre versant du col.
Le lendemain, je trouve sur le bord de la route Peter, un allemand déjà rencontré au PAMIR (jamais vu un cyclo-randonneur aussi charge : 45kg de bagage + le vélo...) 
qui lui a pris l'orage et a dû utiliser un camion pour monter le col, passer le tunnel et redescendre. Il était rincé, au sens propre et figure.

Enfin, le dernier jour j'arrive sur Bichkek. Je pensais bien profiter de ces derniers kilomètres sur le plat, mais finalement la densité de circulation, les camions qui me frôlent et me serrent sur les bas-côtés de la route, la route bosselée ne me laisseront pas le temps de savourer mon arrivée sur Bichkek, le Terminus de ces 2319km depuis Douchanbé.
Voilà, j'ai fini mon parcours. J'étais venu pour voir les paysages que j'espérais beaux et surprenants... j'en suis pleinement heureux et comblé. Franchement, ce sont des endroits grandioses, sauvages et cette perception des grands espaces est fabuleuse.
Il y a aussi cette diversité de couleurs et de reliefs, entre les déserts arides du Pamir et les vallées verdoyantes du Kirghizstan,
Les photos ne remplaceront jamais le réel, mais j'espère qu'elles donneront une bonne idée de ces paysages et pourrait peut-être vous donner envie d'y (re)venir.

Je retiens aussi de ce voyage, la très grande gentillesse, l'accueil et la joie des personnes croisées sur les bords des routes ou ceux qui m'ont accueilli.
Vraiment, un accueil exceptionnel, humainement riche et je reste toujours aussi contrarié de ne pas sortir plus de 3 mots de russes/tadjiks/kirghiz. De mes différents voyages, j'ai rarement été aussi frustré de cette barrière de la langue car il y aurait tant à échanger et comprendre de la vie de ces nomades, des Kirghizes, des Pamiris, des Tadjiks et plus généralement de toutes ces communautés locales.

Je savais aussi que ce sera physique. Ça l'a été et bien costaud.
Finalement, sur ce parcours, on a toute la palette des difficultés du voyage à vélo :
- les pistes difficiles : sable, cailloux, poussière, un peu de boue ...,
- la grande altitude et le manque d'oxygène, jusqu'à 4655m, soit à 200m du Mont Blanc et la 2eme route la plus haute du monde.
- les ascensions de cols : 12 cols au total, dont 4 à +4000m, 4 à +3000m, ...
(PS : pour comparaison, l'Alpes d'Huez, c'est 700-1800m environ et 12km d'ascension !!!)
- les conditions météo : vent, pluie, froid sur les hauteurs ... chaleur +35-40°C en plaine.
- le poids des bagages pour être en autonomie sur plusieurs jours (eau, nourriture)
Un beau challenge !!! Et pour preuve des calories brulées sur la route, je reviens allégé de 9-10kg environ, pour 5 semaines de vélo ... et ... 3 semaines de Tourista !!!


Pour conclure et même si je suis encore sur Bichkek, sans avoir trop de recul sur ce voyage, je sais déjà que ça restera comme un beau et même un très beau voyage, avec beaucoup de bons souvenirs et d'émotion.
Tous les composants d'un beau voyage y sont réunis : beauté des paysages, contact chaleureux avec les locaux, dépaysement garanti, du sportif,  ... et en plus, c'est pas cher !!! (Nb : c'est une info pour mon Leonard ... il verra aussi que je suis affuté comme un lévrier afghan, avant Athenes Authentic 2016)


Santé :
Tout va bien !!! plus aucun souci gastrique au Kirghizstan. Aucun trouble musculaire ou articulaire, en pleine forme.
Je reviens avec mes 2 mollets entiers !!! ... Qui dit jolis pâturages verdoyants du Kirghizstan, dit aussi troupeaux de bêtes, mais surtout chiens de bergers qui surveillent et n'aiment pas du tout voir passer les cyclistes. Depuis OSH, j'ai eu plusieurs alertes de chiens qui m'ont couru après. Ils sont vifs ces bestiaux !!!

vie du blog :
Aller encore un peu de patience !!! je rentre dans quelques jours et je commencerai aussitôt le tri des centaines de photos. Donc, consultez le blog régulièrement, j'essaierai de les télécharger rapidement et par étapes : Le Tadjikistan, puis le Pamir, puis le Kirghizstan.
Je remettrai aussi un peu d'ordre dans les textes, avec un clavier Français et les accents qui vont avec.
J'y ajouterai aussi quelques images pour illustrer les textes, si besoin.

Bien plus tard dans l'année, j'attaquerai le montage vidéo car je pense revenir avec assez de matière pour une compilation. Pas de date, mais je tacherai de finir avant les vacances de Paques 2017, pour le proposer aux classes de CE1-CE2


















mercredi 10 août 2016

L'eloge de la lenteur ... et de la patience

On dit souvent que le voyage à vélo est l'éloge de la lenteur. C'est d'autant plus vrai pour passer la route du PAMIR.
L'état des pistes, le dénivelé, l'altitude, le manque d'oxygène, le froid, le vent, la tourista du voyageur, ... m'obligent à avancer lentement, avec patience et une moyenne de 8-10-12km/h, et ceci malgré 6-8h de vélo par jour. J'avance de 50 km/jour, mais la lenteur à cette vertu de me laisser contempler des paysages absolument GRANDIOSE, FABULEUX, EXTRAORDINAIRE !!! C'est avec le sud de la Bolivie et le désert de NAMIBIE mes plus beaux coins de désert, que j'ai eu la chance de visiter.
 De Khorog, j'ai pris l'option du Corridor de Wakhan. Je le longe avec, à ma gauche les sommets enneigés Tadjik de +7000m (Pic Engels, Pic Karl Marx), à ma droite la rivière servant de frontière avec l'Afghanistan et tout en arrière-plan les sommets enneigés de +6000m du Pakistan.
De LANGAR, je remonte sur la route principale M41 avec encore des paysages fabuleux, les lacs d'altitude et une piste qui serpente entre les collines. Ce passage est un de mes plus beaux coins.
Une fois sur la M41, je continue à me régaler entre Alichur et Murgab. Je me régale d'autant que la route est goudronnée et je peux enfin lever sereinement la tête de mon guidon et des deux mètres de piste qui se trouvent devant mes roues, pour contempler les belles couleurs de ces montagne arides.

A Murgab, je me lance vers le sommet de la PAMIR Highway, avec le passage du col Ak-Baital à 4655m. Nous sommes plusieurs cyclo-randonneurs à faire cette route. Nous sommes tous au PAMIR Hôtel de Murgab, et partons presque ensemble et chacun à son rythme de voyageur. Durant les prochains jours, nous allons nous retrouver le soir pour un bivouac ensemble, ou dans une yourte pour un Thé-Pain, ou dans la même GuestHouse. On s'informe des avancées des uns et des autres et on se retrouve tous (ou presque) à OSH dans la même auberge (TES GuestHouse) pour un débriefing géant autour d'une(s) bière(s), bien méritée(s). On a vraiment le sentiment d’appartenir à la même aventure, à la même communauté.

Ce passage de Murgab et Osh offre de meilleures conditions de pistes que le Corridor de Wakhan, mais l'altitude donne du mal, avec un coup de froid sur les bronches et la gorge, une montée de fièvre mais aucun signe du mal de montagne. La montée progressive et en douceur a été bénéfique et salvatrice.
Les paysages restent grandioses, surtout les couleurs du Lac de Karakul, d'un bleu vif sur fond de barrière de montagnes enneigées

Sur la route, je croise aussi d'autres cyclo-randonneurs qui viennent de OSH vers Murgab et entre autre une belle et heureuse surprise. Je rencontre dans le no-man's land de 20km, entre les 2 frontières Tadjiks/Kirghiz, le couple du projet "le vélo de la soie" ... ce sont les gagnants du Concours CYCLABLE et moi, leur dauphin !!! on s'était contacté avant nos départs, mais finalement de se croiser dans ce no-man's land est presque improbable !!! On est reste une bonne 1/2h à parler et on garde contact pour échanger sur nos voyages et projets respectifs, après nos retours en France.

Maintenant que je suis sur OSH, je peux faire le décompte de mes 10 sommets franchis.
Et ceux qui sont en manque de chiffres pour le prochain loto, je leur donne une source d'inspiration :
1er col. Nurek = 1584m
2eme col Shar Shar = 2185m
3eme col Shuraobad = 2267m
4eme col Kargush = 4344m
5eme col Naizatach = 4137m
6eme col AK Baital = 4655m
7eme col Kysyl Art = 4282m
8eme col "40 ans du Kirghistan" = 3568m
9eme col Taldyk = 3615m
10eme Chyrchysk = 2408m
... (il me reste encore 2 cols a 3000m au Kirghizstan)

Coté santé, vous avez compris que j'ai pris froid en hauteur, comme tous les cyclistes. On transpire en montée, on a froid en descente et même si on se couvre bien on se fait piéger en respirant l'air froid.
On prend aussi plus d'UV et de coup de chaud/soleil car la protection UV est moindre à 4000m ... bref, on a tous les bronches et la gorge prise, un coup de chaud/froid et pour se réhydrater ce n’est pas facile de boire de l'eau glaciale avec la gorge en feu !!
Mais, vous avez aussi note que le pire fut la Tourista ... un épisode tous les 2-3 nuits et un stop obligatoire de 1 jour à ALICHUR pour passer un épisode un peu plus pénible de 3nuits/2jours en continu.
Pour l'hygiène de base, le Tadjikistan est une catastrophe et rarement vu de telles erreurs basiques d'hygiène, comme placer les toilettes au-dessus des rivières, laver les boyaux des bêtes dans les cours d’eau où 300-500m en aval tout le village se sert en eau pour les usages quotidiens !!! sans parler de l'état de propreté de ces dites "toilettes", le peu d'usage de savon ... bref, tout le monde y passe avec plus ou moins de douleur et de durée !!!

L'hospitalité exceptionnelle et la gentillesse Kirghiz est toujours là et bien présente, même si j'ai pu constater quelques petits changements à l'approche des routes touristes, comme vers Khorog et Murgab.

En voyageant sur ces routes perdues (en été), j'ai vite compris la difficulté de vivre dans ces coins austères. J'imagine les conditions de vie en hiver, sur des routes impraticables, par -40°C avec des mètres de neige et du vent glacial, et d'avoir comme seul chauffage de la bouse de Yak séchées. Il n'y a pas de foret et d'arbre qui poussent sur ces montagnes pour offrir un combustible performant.

Bémol de ce voyage pour l'instant, c'est le blocage de la langue. Impossible pour moi d'échanger avec les locaux qui ne parlent pas l'anglais et moins pas un seul mot de russe. C'est véritablement frustrant, d'être invite au Thé et ne pas sortir un mot, sauf d'échanger par mimes et gestes ...

Question vélo, il se porte bien. 2 crevaisons au compteur. Presque une aubaine, tellement les routes étaient défoncées. Sur la 2eme crevaison, j'ai profité pour basculer l'enveloppe arrière à l'avant, car l'usure s'accélérait, due à la charge des bagages et les pistes abrasives.
Je viens à l'instant de constater une micro fissure, sans gravité, sur ma jante arrière. Je vais surveiller cela, mais normalement sans conséquence pour rejoindre Bichkek. C'est un peu le point faible de mon vélo, d'avoir des roues de 700mm pour passer les pistes cassantes, mais à l'inverse ça roule mieux sur le bitume. Pour le reste, il est en forme et surtout en comparant les dégâts sur les autres vélos des copains (fissures moyeux, casse porte-bagages, Pneu exploses, ...)

A suivre :
Je descends sur Bichkek, en 12 jours, pour y être le 23Aout avec un avion dans la nuit du 25-26 Aout.
Je calcule le meilleur itinéraire et le meilleur état de la route. Je garde 2-3 jours de relâche avant d'arrivée sur Bichkek.

Vie du Blog :
Décision irrévocable : aucune photo !!! J'ai aucune confiance aux cyber-cafés d'ici !!! et je me mordrai les doigts de prendre un virus sur mes cartes photos, surtout à 15j d'attente. Mais je sais que c'est frustrant de parler de décor GRANDIOSE et de ne pas montrer une seule photo ... d'autant que la plupart de vous, aller les découvrir à la fin de vos vacances et le retour au travail !!! petit supplice en perspective !!!






lundi 25 juillet 2016

Tadjikistan - c'est parti !!!

Arrivée à Douchanbé. 5h10 du matin à la sortie de l'aéroport et déjà 26,7°C au compteur. Ça annonce déjà la couleur des 45°C que j'aurai sur les pistes & routes, dans quelques jours.







3 jours de repos à Douchanbé ... et pas de toute tranquillité. Une bonne intox alimentaire pour me mettre en condition, une nuit quasi blanche après celle de la veille, déjà fatigante dans l'avion. Je me balade quand même sur Douchanbé, qui est pris sous un nuage brumeux, mi- pollution, mi- sableux. Rien de quoi valoriser la capitale du Tadjikistan.


Dimanche 17, je prends la route vers Kŭlob, puis Khorog. Je choisis l'option de la route Sud, plus longue, plus de dénivelé, avec 3 cols à passer. Mais une promesse de plus beaux paysages.
Je reste scotché dans le 1er col à 1500m, sur des pentes à 8%. Je descends du vélo, et je pousse le vélo, je souffle, je souffre, je cherche mon souffle. C'est l'heure des premiers doutes de se dire que dans 3 semaines ce sera +4000m de haut. L'intox alimentaire, la chaleur, le vent, le poids du vélo, le manque de jambes font que le pédalier tourne carré, ce jour-là.
Mais à l'expérience, sans m'énerver, je passe ce 1er col puis un tunnel (je n'aime pas prendre les tunnels à vélo), puis un 2eme col à +2000M avec encore un tunnel (je n'aime toujours pas les tunnels) et après 100km et le retour sur les plaines, je campe derrière une station essence, accueilli par toute la famille et laissant place à la curiosité des enfants.

Les jours suivants, le pédalier tourne un peu plus ovale (pas encore tout à fait rond !!!), mais je sens que la forme revient. Je passe un autre col à 2285m après 5 heures d'effort, pour basculer sur la vallée de la rivière de PANJ, qui fait office de frontière avec l'Afghanistan.
Les 5 prochains jours, je longe cette vallée avec une vue imprenable sur les montagnes afghanes. Ce se sont des paysages absolument magnifiques, avec cette rivière qui serpentent dans les vallées ouvertes avec des lacs immenses, ou au contraire dans des gorges étroites avec des rapides pour passer le débit de l'eau.
Les conditions de routes sont, soit exceptionnelles avec des routes neuves et du macadam comme un billard (ici aussi les Chinois refont les routes !!!), ou à l'inverse des pistes désastreuses avec pierres, sables et poussières !!! je partage la route, ou du moins je leur cède, aux camions qui reviennent de Chine, cherchant eux aussi le bon passage entre le flan de la montagne et le précipice de la rivière.

Sur ces quelques jours, je bivouaque dans une station-service, à la sortie d'un village et face aux montagnes Afghanes, et toujours avec l'accueil bienveillant des Tadjiks et de la police militaire (sérieusement, les touristes sont chouchoutés ici, y compris par la police militaire !!!)
Je m'offre aussi une belle nuit à Kŭlob pour mon anniversaire, dans un hôtel vieillot de style soviet-70’. Et enfin, je passe quelques nuits en "homestay" (gites).
Un bon compromis pour mixer les différentes facettes de l'accueil tadjik. Et bien cet accueil, le sourire et la gentillesse tadjiks sont omniprésents. Jusqu'ici, j'ai rarement reçu un accueil XXL comme celui-ci. Invitation pour partager une pastèque, un Chai (thé), repas, planter la tente, prise de photos, etc ... et tous les enfants en bords des routes avec leurs quelques mots d'anglais "what is your name ? where do you come from ? "


25 Juillet. Je suis à Khorog, dans le timing prévu. Demain, je pars sur la vallée de WAKHAN, une autre épreuve cycliste m'attend, mais là aussi ce sont de belles promesses de paysages fabuleux.
Je remonterai sur le plateau du PAMIR, vers Murgab dans 7 jours env. et ensuite vers OCH au Kirghizstan.

Nota, pour la vie du blog.
Impossible de trouver un clavier "praticable" à Douchanbé, je profite d'être a Khorog - ville universitaire - pour utiliser un clavier "anglophone" et un accès internet. Le débit est juste suffisant pour les textes et certainement pas les photos ... désolé, il faudra être patients pour admirer les paysages de cette 1ere semaine. Et j'ai encore un mauvais souvenir de l'Ouzbékistan 2010, où j'avais pris un virus sur ma carte SD me faisant perdre mes photos de la Mer d'ARAL et Khiva (6 ans après, je l'ai toujours en travers) que je vais réfléchir à 2 fois avant de télécharger une photo sur ces bons vieux PC !!!
Prochaine mise à jour : pas avant OCH, donc dans 2 semaines minimum (et encore...)



mercredi 6 juillet 2016

presque prêt

Début Juillet. Préparation du voyage sur la route du PAMIR.
Je suis à J-7 ... le compte à rebours est lancé. Je commence à rassembler mes affaires sur mon canapé, vérifier la caisse à outils, la trousse à Pharmacie, les vêtements, le matos de camping, etc ...
Surtout prendre l'indispensable et oublier le secondaire. C'est la 1ère épreuve du périple !!! et sur ce voyage, le poids aura toute son importance pour passer les cols. Et pourtant il faudra prendre du "chaud", du "froid", du "bivouac tout confort", du matériels de réparation pour être autonome sur 5-7 jours mini, et sur place il me faudra aussi emporter la nourriture pour plusieurs jours !!!
Donc une attention toute particulière aux bagages, bien plus que d'habitude où je me disais ... "ça, je verrai sur place". Et bien, pas cette fois-ci.

Sinon, retour sur un mois de Juin, riche en événements et en informations

D'abord, j'ai décroché la 2ème place du concours CYCLABLE, sur 65 projets en course.
Et je dis UN GRAND MERCI à toutes et tous pour avoir cliqué, laissé un message et soutenu. Vraiment, c'est un grand plaisir et une belle surprise d'être aussi bien placé.


et avec les 300€ de bons d'achats obtenus, j'ai choisi un coupe-vent technique (VAUDE), une sacoche guidon (VAUDE), un pantalon imperméable (VAUDE), des guêtres (VAUDE), et autres accessoires. Bref l'idéal pour aller sur la route du Pamir avec un bon confort de pédalage.

MERCI à Toutes et Tous. MERCI à CYCLABLE et leurs PARTENAIRES avec une mention toute particulière pour VAUDE.



Autre actu du mois. Je finis à l'instant l'Edition du DVD, composé de :

  • le Film L'Afric'à Vélo de 43 minutes,
  • un Clic (5 min) de présentation du voyage
  • un Bonus (8 min) sur le Pensionnat de Kagadi en OUGANDA, dont les fonds de la vente des DVD leur sera intégralement reversés, via l'association Allemande UGANDA HILFE qui gère ce pensionnat.


Et enfin, la confirmation de ma présence au Festival ABM GLOBE-TROTTER de MASSY, le 30 septembre, 01-02 Octobre.
VENEZ NOMBREUX !!!

D'abord avec la projection du Film L'Afric'à Vélo dans l'amphi de 800 places, le vendredi à 22h45
http://www.festivaldesglobetrotters.fr/item/299-l-afric-a-velo.html

Puis avec l'animation d'une présentation de 50 minutes, sur le voyage à vélo, le dimanche à 17h
 http://www.festivaldesglobetrotters.fr/item/331-voyager-a-velo-17h.html

Rendez-vous dans un peu plus d'une semaine pour l'arrivée sur DUSHAMBE, au TADJIKISTAN.